La bise et le soleil : fable d’Esope* en kabyle

Aḍu d yiṭij : tamacahutt n Izup s teqbaylit

La bise et le soleil se disputaient, chacun assurant qu’il était le plus fort.

Abeḥri d yiṭij temqelaεen, yal yiwen la yeqar d nekk ig ǧehden.

Quand ils ont vu un voyageur qui s’avançait, enveloppé dans son manteau,

Melmi wallan amsebrid i d-iţţedun deg bernus,

ils sont tombés d’accord que celui qui arriverait le premier à le lui faire ôter

serait reconnu comme le plus fort.

msefhamen, win i s t-iseɣlin d amenzu yerbeḥ wayeḍ.

 

 

 

La bise et le soleil se disputaient, chacun assurant qu’il était le plus fort.

Abeḥri d yiṭij  temqelaεen, yal yiwen la yeqar d nekk ig iǧehden.

Quand ils ont vu un voyageur qui s’avançait, enveloppé dans son manteau,

Melmi wallan amsebrid i d-iţţedun deg bernus,

ils sont tombés d’accord que celui qui arriverait le premier à le lui faire ôter

serait reconnu comme le plus fort.

msefhamen, win i s t-iseɣlin d amenzu yerbeḥ wayeḍ.

Alors, la bise s’est mise à souffler de toutes ses forces mais plus elle soufflait,

Ihi abeḥri isuḍ s ufud yesɛa (mebla ceha) , maca

plus le voyageur serrait son manteau autour de lui.

Amsebrid-nni imttuttel deg ubernus-is.

Finalement, elle renonça à le lui faire ôter.

Dɣa abeḥri yeḥbes asuḍu.

Alors, le soleil commença à briller et au bout d’un

Ihi iṭij yebda afeǧeǧ

moment le voyageur, réchauffé, ôta son manteau.

alamma iseḥma amsebrid-nni, yekkes abernus-is.

Ainsi, la bise dut reconnaître que le soleil était le plus fort.

Akka i yesṭeɛref ubehri, d iṭij ig ǧehden fell-as.

  • Ésope (en grec ancien Αἴσωπος / Aísôpos, VII – VI siècle av. J.-C. ) est un écrivain grec.
  • Izup ( s tgrigit taqdimt Αἴσωπος / Aísôpos, VII – VI awines uqbel. Sidna.Ɛisa) d amyaru agrigi.

 

Iles ⵉⵍⴻⵙ // concert samedi 12 juin 20 h

 

 

Un voyage poétique et musical en terre de Kabylie à travers un répertoire de chansons kabyles immortelles et de nouvelles compositions.

A découvrir ou à …… re-découvrir !

 

Théâtre La boîte à gant

4-6 rue Pierre Blanc

69001 Lyon 

Entrée : 10,00 euros.

Jauge limitée : réservation obligatoire, envoyer un mail : laboiteagant@gmail.com

Tazemmurt

 

Newwi-yawen-d tasuqqelt n yiwen weḍris « Tazemmurt » n Mulud N At Maɛmmar. Yura-t s tefransist, yerra t-id ar teqbaylit-tamaziɣt Ḥamid Bilek. Tasuqelt-a teffeɣ-d di tesɣunt Tamaziɣt Tura (uṭṭun 14 – Duǧamber 2017), deg uṭṭun amuzzgan ilmend n umulli wis 100 n tlalit n umyaru amnadi Mulud Maɛmmeri.

Isekla (ṭṭur), di tefsut i d-ttakken afriwen d igumma, tazemmurt nettat di tegrest mi weɛrrit wussan. S teddukli i d-ttawwin imnayen n tifawin, tilelliyin i talsa.

Nbudd-awen taɣuri d timesliwt igerrzen.

Tazemmurt

Tazemmurt d aseklu ɣlayen ɣur-i, d tin yesɛan azamul meqqren. D aseklu n tmurt-iw. Nettaf deg-s tugget n tuluɣin. (…) yessawal i tegmat am wakken i nettnadi fell-as nekkni.

Mačči kan d aseklu yulin, yesgem deg yigenni am wid n tmura-nwen (bɣiɣ ad d-iniɣ wid n ugafa n Yillel Agrakal, n tlemmast n Uṛup d wid n Asya).

Tazemmurt-nneɣ teḥced, teqqulleẓ, teḥḥercew. Mi ara tt-twaliḍ s ufella ad tt-twaliḍ wwten deg-s yiɣisan, maca d tin iǧehden, izemren i umbeddal n lḥal d walluy neɣ d uṣubbu n tfesniwin. Tettqabal tagrest qessiḥen d yiɣurar n unebdu. Tezger-d acḥal d lqern.

Tikkwal ad temlileḍ azeqqur n tzemmurt yeqqur amzun d aẓru. Tizemrin-nneɣ cfant-d i yibabaten-nneɣ d lejdud-nneɣ.

Kra n tzemrin nettak-asent ismawen am wakken d timeddukkal-nneɣ, d tulawin-nneɣ (ɣur-neɣ isekla akk d untiyen. Cudden ɣer tudert-nneɣ n yal ass, ɣer iḥulfan-nneɣ am icuḍaḍ n ubernus yettrusun ɣef tuyat-nneɣ).

Ula d amnekcam neɣ aɛdaw-nneɣ, mi ara ɣ-yebɣu lemḍarra, yesserɣay neɣ igezzem tizemrin-nneɣ, imi yeẓra d tizemrin i d rruḥ-nneɣ.

Ma tejreḥ tzemmurt tejreḥ tfekka-nneɣ. Tazemmurt-nneɣ tedder, tettḥussu am nekkni, d timsal lqayen i tt-iceɣben. Ur tecliɛ ma tecbeḥ neɣ ur tecbiḥ i tmuɣli. Ur tḥemmel ara ayen akk isehlen di ddunit. Am nekkni.

Ma ur twehmeḍ ara, ula d aɛeqqa-s di tegrest i yettewwa, deg lawan anida isekla-nniḍen akk sseɣlin ifer, staɛfan. Ageffur yal ass, tikkwal yessa-tt udfel, kullec yegres.

Akken, irgazen heggan allalen ilaqen, tulawin begsent, ad qablen ddunit i usemmiḍ, a d-zwin, a d-cerrwen, ad leqḍen, ad bibben lɣella deg talwit d lehna.

Iwakken ad tawḍeḍ ɣer useklu, yella wanida ilaq ad tt-zegreḍ asif akken yeḥmel di ccetwa. Yettawi idɣaɣen, yettawi ṭṭjur, tikkwal ula d imdanen ddan deg uḥemmal. Ayen yebɣun yili !

Ulac d acu izemren aɣ yeḥbes ur nḥedder ara, ur nettekkay ara deg lferḥ yecban wa.

Ttmektayeɣ-d ar ass-a, mi ara nruḥ s iger n uzemmur d-yussan akkin i wasif -akken yebɣu yili lxaṭer-is yers am tyemmat neɣ icewwel am tyambabat- cfawat-agi ur tteksent si gar wallen-iw akka alamma d lmut.

Amawal / Vocabulaire :

Aseklu / isekla = ṭṭejṛa / ṭṭjuṛ

Azamul / izamulen : symbole

tugget : quantité / ensemble/ essentiel

tuluɣin : aluɣu/ tuluɣin : patience endurance peu commune;

luɣ : qqn qui supporte sans se troubler ni chercher à changer

yettluɣu, yettluɣ

Lebḥer ma iluɣ ! Expression idiomatique qui se dit d’une personne qui supporte sans se troubler et sans chercher à se venger : la mer ne se trouble pas pour des riens. Il a une endurance, une patience peu communes. (Luɣ / Dallet page 458)

Comprendre :

Nettaf deg-s tugget n tuluɣin : On trouve en lui quantité de qualités d’endurance et de patience..

agafa (u) : nord

Yillel Agerakal : Mer Méditerranée

iɣisi/ iɣisan : fissure

tafesna / tifesniwin : degré / échellon

aɣurar / iɣurar : sécheresse

unti / untiyen : féminin

acḍaḍ / icuḍaḍ = ijifeṛ (pan de vetement)

aḥulfu / iḥulfan = afray / afrayen (sentiment)

amnekcam / imnekcamen : intrus/ envahisseur

tafekka / tifekkiwin : corps

lemḍarra : nuisance, qui fait du tort / gene, tort, dommage

urr (ar) : faire du tort

ḥussu : sentir (ressentir)

tamsalt/ timsal : problème (taluft) / affaire (tadyant)

lqayen : profond

ceɣben : préoccupé / etre préoccupé / Iceɣb-itt mmi-s imi yeggan aṭas (Son fils la préoccupe car il dort beaucoup).

tamuɣli : vision / point de vue / regard

tagrest = ccetwa

allal / allalen : instrument/ moyens / outils

cirrew : frisonner (a d-cerrwen : ils vont y frissonner)

lqeḍ : ramasser / leqḍyan (les emplettes)

lɣella : butin

amdan/ imdanen : un individu/ une personne

aḥemmal : la crue / le débordement

cewwel : perturber/ tourmenter qqn

tayambabat / timyambabatin : maratre / belle-mère

L’olivier

Nous vous proposons un texte de Mouloud Mammeri qui décrit et parle de son arbre préféré. S’agissant de l’olivier, ce point de vue de Mouloud Mammeri avec son  histoire sa sensibilité, est un témoignage puissant de la vie en Kabylie. Il charrie une philosophie qui met en valeur une relation immuable de respect de la terre et du végétal dans la rudesse, la peine et la joie.

 

« L’arbre de mon climat à moi, c’est l’olivier ; il est fraternel et, à notre exacte image. Il ne fuse pas d’un élan vers le ciel comme vos arbres gavés d’eau. Il est noueux, rugueux, il est rude. Il oppose une écorce fissurée mais dense, aux caprices d’un ciel qui passe, en quelques jours, des gelées d’un hiver furieux, aux canicules sans tendresse. A ce prix, il a traversé les siècles. Certains vieux troncs, comme les pierres des chemins, comme les galets de la rivière, dont ils ont la dureté, sont aussi immémoriaux et impavides aux épisodes de l’histoire ; ils ont vu naître, vivre et mourir nos pères et les pères de nos pères. À certains, on donne des noms comme à des amis familiers ou à la femme aimée (tous les arbres chez nous sont au féminin) parce qu’ils sont tissés à nos jours, à nos joies, comme la trame des burnous qui couvrent nos corps. Quand l’ennemi veut nous atteindre, c’est à eux, tu le sais Jean, qu’il s’en prend d’abord. Parce qu’il pressent qu’en eux une part de notre cœur gît et…saigne sous les coups.

L’olivier, comme nous, aime les joies profondes, celles qui vont par delà la surface des faux-semblants et des bonheurs d’apparat. Comme nous, il répugne à la facilité. Contre toute logique, c’est en hiver qu’il porte ses fruits quand la froidure condamne à la mort tous les autres arbres. C’est alors que les hommes s’arment et les femmes se parent pour aller célébrer avec lui les noces rudes de la cueillette. Il pleut souvent, il neige, quelquefois il gèle. Pour aller jusqu’à lui, il faut traverser la rivière et la rivière en hiver se gonfle. Elle emporte les pierres, les arbres et quelquefois les traverseurs. Mais qu’importe ! Cela ne nous a jamais arrêtés ; c’est le prix qu’il faut payer pour être de la fête. Le souvenir que je garde de ces noces avec les oliviers de l’autre côté de la rivière -mère ou marâtre selon les heures – ne s’effacera de ma mémoire qu’avec les jours de ma vie… ».

 

Au bois de mon cœur

Nous vous proposons de poursuivre la découverte du travail d’Améziane Kezzar, qui a fait une adaptation en kabyle et au contexte kabyle de toute l’œuvre chantée de Georges Brassens. Un défi audacieux qu’il a relevé avec talent, s’attachant au texte, à ses sens, à la liberté joyeuse et dérangeante qui est la sève inimitable de ce grand poète du sud de la France. Nous vous avons mis le texte en kabyle, sa traduction en français mot à mot afin de mesurer la nouveauté que sa transcription ailleurs induit, et enfin le texte original d’inspiration. Bonne écoute et bonne lecture.

ɣer ar zdat

Si Mohand – L’épreuve d’amour

Cette lecture proposée par un adhérent est celle d’un texte du très grand Si Mohand ou Mhand (présumé né entre 1840 et18 45 – décédé le 28/12/1905).

Deuxième parti du XIXᵉ siècle, il  décrit dans son œuvre une société kabyle bouleversée et dépossédée par le colonialisme. Ses textes sont courts, incisifs et accompagnent sa vie d’errance et de poète du peuple. Peu de poètes auront avec leur œuvre et leur vie, autant que lui fait corps avec leur peuple et sa langue.

Découvrez ou redécouvrez ce génie classique du verbe kabyle dans l’ouvrage que Mouloud Mammeri lui a consacré (Les isefra, poèmes de Si Mohand Ou Mhand / paru en 1969).

Taluft n Tayri             L’épreuve d’amour

Lemnam agi d bu-tlufa                      Décevants sont les rêves

Urgaɣ Yamina                                      J’ai crû voir Yamina

Attaya m-udem imserri                     S’avancer le visage plein de grâce

Lebsa-ines d lfuda                              Elle portait la fouta (foulard kabyle)

Agus d sfifa                                          Ceinture de fil de laine

Taksumt-is d afilali                            Son teint avait l’éclat du filali (cuir rouge scintillant)

Ukwiɣ-d ur ufiɣ ara                           Je m’éveillais et rien

Wwteɣ di tsumta                               Je m’en pris à l’oreiller

Fkiɣ-tt lwaɛd imeṭṭi.                         Et fondis en larmes.

 

Déraciné et seul, Si Mohand devient un poète errant. Il emprunte à son expérience les thèmes de l’exil, de l’amour de sa terre natale, de l’amour et du destin. Le poète aurait par ailleurs juré de ne jamais répéter deux fois le même poème, de sorte que seule la mémoire populaire a permis de conserver son œuvre.

Les Isefra (le mot signifie les « poèmes » en berbère, au singulier Asefru), ont été publiés sous forme de recueils à plusieurs reprises, notamment par Amar n Said Boulifa en 1904, Mouloud Feraoun en 1960, Mouloud Mammeri en 1969 (et Larab Mohand Ouramdane au Maroc en 1997). D’autres poèmes de Si Mohand ont été recueillis et publiés à compte d’auteur à Alger en 2000 par Younes Adli.

Un siècle après sa mort, une stèle est érigée à la mémoire du poète errant à Akbou (vallée de la soummam).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Si_Mohand_Ou_Mhand

https://kab.wikipedia.org/wiki/Si_Muḥend_u_Mḥend

credit photo : @berberewoman