Le chacal et la poule – Uccen d tyaziṭ

Cette page bilingue français-berbère est à l’attention particulièrement des familles et des enfants pour faire découvrir, en vrai par le texte, le roman de chacal de Brahim Zellal.

Nous vous souhaitons bonne lecture et écoute !

Asebter-agi asinutlayan tafransist-tamaziɣt, atan i twaculin d tarwa akken ad issinen – s tidett deg yeḍrisen – tamacahutt n wuccen i d-yeǧǧa Brahim Zellal.

Nbudd-awen taɣuri d timesliwt igerrzen !

ɣer ar zdat

La bise et le soleil : fable d’Esope* en kabyle

Aḍu d yiṭij : tamacahutt n Izup s teqbaylit

La bise et le soleil se disputaient, chacun assurant qu’il était le plus fort.

Abeḥri d yiṭij temqelaεen, yal yiwen la yeqar d nekk ig ǧehden.

Quand ils ont vu un voyageur qui s’avançait, enveloppé dans son manteau,

Melmi wallan amsebrid i d-iţţedun deg bernus,

ils sont tombés d’accord que celui qui arriverait le premier à le lui faire ôter

serait reconnu comme le plus fort.

msefhamen, win i s t-iseɣlin d amenzu yerbeḥ wayeḍ.

 

 

 

La bise et le soleil se disputaient, chacun assurant qu’il était le plus fort.

Abeḥri d yiṭij  temqelaεen, yal yiwen la yeqar d nekk ig iǧehden.

Quand ils ont vu un voyageur qui s’avançait, enveloppé dans son manteau,

Melmi wallan amsebrid i d-iţţedun deg bernus,

ils sont tombés d’accord que celui qui arriverait le premier à le lui faire ôter

serait reconnu comme le plus fort.

msefhamen, win i s t-iseɣlin d amenzu yerbeḥ wayeḍ.

Alors, la bise s’est mise à souffler de toutes ses forces mais plus elle soufflait,

Ihi abeḥri isuḍ s ufud yesɛa (mebla ceha) , maca

plus le voyageur serrait son manteau autour de lui.

Amsebrid-nni imttuttel deg ubernus-is.

Finalement, elle renonça à le lui faire ôter.

Dɣa abeḥri yeḥbes asuḍu.

Alors, le soleil commença à briller et au bout d’un

Ihi iṭij yebda afeǧeǧ

moment le voyageur, réchauffé, ôta son manteau.

alamma iseḥma amsebrid-nni, yekkes abernus-is.

Ainsi, la bise dut reconnaître que le soleil était le plus fort.

Akka i yesṭeɛref ubehri, d iṭij ig ǧehden fell-as.

  • Ésope (en grec ancien Αἴσωπος / Aísôpos, VII – VI siècle av. J.-C. ) est un écrivain grec.
  • Izup ( s tgrigit taqdimt Αἴσωπος / Aísôpos, VII – VI awines uqbel. Sidna.Ɛisa) d amyaru agrigi.

 

Le chacal et le lion – Uccen d yizem

Nous ouvrons une nouvelle page bilingue français-berbère à l’attention particulièrement des familles et des enfants pour faire découvrir, en vrai par le texte, le patrimoine des contes d’Afrique du Nord. Nous vous souhaitons bonnes lecture et écoute !

Atan neldi asebter amaynut asinutlayan tafransist-tamaziɣt i twaculin d tarwa akken ad issinen – s tidett deg yeḍrisen – ayla n tmucuha n Tefrikt Ugafa. Nbudd-awen taɣuri d timesliwt igerrzen !

♦♦♦

Le chacal et le lion – L’assemblée des animaux (1)

Jadis, les animaux, réunis en assemblée générale, jurèrent de ne plus s’entre-dévorer et de vivre en paix sur la terre. Ils nommèrent le lion Roi (Dieu étant l’unique Roi), élaborèrent des lois et instaurèrent des sanctions.

Le lion fixa sa résidence dans une vaste forêt avec sa cour composée, à ce qu’on raconte, du chacal, du sanglier, de la hase, de l’âne, de la poule et de la vache. Chacun avait envers lui ses devoirs : le sanglier servait au lion de matelas, le chacal de couverture et la hase d’oreiller ; la poule lui pondait des œufs, l’âne transportait le bois et la vache lui donnait du lait.

Les animaux vivaient en paix : la chèvre pâturait en compagnie du chacal ! Tous étaient satisfaits, car la tranquillité garantit le bien-être. Bref, ils auraient eu la belle vie si le chacal, conseiller du lion, n’avait tout détruit. Coutumier de toutes les traîtrises, il était mécontent de cette organisation. Il regrettait l’ancien état de choses et au souvenir de la chair fraîche et du sang chaud, désormais interdits, il se sentait devenir fou. Que faire ? Désobéir ? Les griffes du lion étaient acérées et sa justice expéditive. Alors il se décida à user de ruse, à exciter secrètement l’un après l’autre les courtisans, à désobéir…. Un véritable travail de démon.

♦♦♦

Uccen d yizem – Agraw n iɣeṛsiwen (anejmuɛ n lewḥuc)

Deg wakkud (zzman) amezwaru, jemmelen iɣeṛsiwen (nnejmaɛen lewḥuc), akken llan, myeɛhaden ur myuččen, ad hennin di tuddert (ddunnit). Semman izem d agellid fellasen, (ay d agellid, ɣas Ṛebbi !). Eṛsan tilas d inagan.

Izem yezdeɣ di teẓgi tameqqrant, netta d wuccen d yilef d tewtult d weɣyul d tyaziṭ d tfunast. Llan d ixxedamen-is, ff akken d-ssawalen tamacahutt. Yal axxedim iqqeṭṭu-yas ṣṣalḥa : ilef yeggan fellas, uccen yeddal yis-s, tawtult yessumut-itt, abareɣ yettagem-as-d aman, aɣyul izeddem-as-d isɣaren, tayaziṭ tettarew-as-d timellalin, tafunast tettak-as-d ayefki.

Hennan yiɣeṛsiwen (lewḥuc) : teksa taɣaṭ d wuccen ! Ferḥen, acku talwit (lehna) yeḍmen leɣna. Lḥaṣul, ṣeggmen tuddert (ddunnit) lukan ur asen-tt-yessxeṣeṛ ara wuccen yerra yizem d amṛayi. Uccen ur yefṛiḥ ara s uṣeggem-agi n tuddert (ddunnit) : yuɣ tannumi yekkat timeɣriwin; yendem f tallit (liḥala) taqdimt : mi d-yesmekti aksum azegzaw d idammen yeḥman, ad as-yuɣal d tisselbi. Ass-a ḥermen : acu ara yili wi-xedmen ? Ad yeɛṣu ? Accaren n yizem qeḍɛen, leḥkem-is akk nniḍen. Ihi, ijebd-ed taḥraymit, yessefra ad yessefreq g ixxedamen n yizem s tuffra yiwen yiwen, ad yuɣal d imciṭni.