Le chacal et le lion

Nous ouvrons une nouvelle page bilingue français-berbère à l’attention particulièrement des familles et des enfants pour faire découvrir, en vrai par le texte, le patrimoine des contes d’Afrique du Nord. Nous vous souhaitons bonnes lecture et écoute !

Atan neldi asebter amaynut asinutlayan tafransist-tamaziɣt i twaculin d tarwa akken ad issinen – s tidett deg yeḍrisen – ayla n tmucuha n Tefrikt Ugafa. Nbudd-awen taɣuri d timesliwt igerrzen !

♦♦♦

Le chacal et le lion – L’assemblée des animaux (1)

Jadis, les animaux, réunis en assemblée générale, jurèrent de ne plus s’entre-dévorer et de vivre en paix sur la terre. Ils nommèrent le lion Roi (Dieu étant l’unique Roi), élaborèrent des lois et instaurèrent des sanctions.

Le lion fixa sa résidence dans une vaste forêt avec sa cour composée, à ce qu’on raconte, du chacal, du sanglier, de la hase, de l’âne, de la poule et de la vache. Chacun avait envers lui ses devoirs : le sanglier servait au lion de matelas, le chacal de couverture et la hase d’oreiller ; la poule lui pondait des œufs, l’âne transportait le bois et la vache lui donnait du lait.

Les animaux vivaient en paix : la chèvre pâturait en compagnie du chacal ! Tous étaient satisfaits, car la tranquillité garantit le bien-être. Bref, ils auraient eu la belle vie si le chacal, conseiller du lion, n’avait tout détruit. Coutumier de toutes les traîtrises, il était mécontent de cette organisation. Il regrettait l’ancien état de choses et au souvenir de la chair fraîche et du sang chaud, désormais interdits, il se sentait devenir fou. Que faire ? Désobéir ? Les griffes du lion étaient acérées et sa justice expéditive. Alors il se décida à user de ruse, à exciter secrètement l’un après l’autre les courtisans, à désobéir…. Un véritable travail de démon.

♦♦♦

Uccen d yizem – Agraw n iɣeṛsiwen (anejmuɛ n lewḥuc)

Deg wakkud (zzman) amezwaru, jemmelen iɣeṛsiwen (nnejmaɛen lewḥuc), akken llan, myeɛhaden ur myuččen, ad hennin di tuddert (ddunnit). Semman izem d agellid fellasen, (ay d agellid, ɣas Ṛebbi !). Eṛsan tilas d inagan.

Izem yezdeɣ di teẓgi tameqqrant, netta d wuccen d yilef d tewtult d weɣyul d tyaziṭ d tfunast. Llan d ixxedamen-is, ff akken d-ssawalen tamacahutt. Yal axxedim iqqeṭṭu-yas ṣṣalḥa : ilef yeggan fellas, uccen yeddal yis-s, tawtult yessumut-itt, abareɣ yettagem-as-d aman, aɣyul izeddem-as-d isɣaren, tayaziṭ tettarew-as-d timellalin, tafunast tettak-as-d ayefki.

Hennan yiɣeṛsiwen (lewḥuc) : teksa taɣaṭ d wuccen ! Ferḥen, acku talwit (lehna) yeḍmen leɣna. Lḥaṣul, ṣeggmen tuddert (ddunnit) lukan ur asen-tt-yessxeṣeṛ ara wuccen yerra yizem d amṛayi. Uccen ur yefṛiḥ ara s uṣeggem-agi n tuddert (ddunnit) : yuɣ tannumi yekkat timeɣriwin; yendem f tallit (liḥala) taqdimt : mi d-yesmekti aksum azegzaw d idammen yeḥman, ad as-yuɣal d tisselbi. Ass-a ḥermen : acu ara yili wi-xedmen ? Ad yeɛṣu ? Accaren n yizem qeḍɛen, leḥkem-is akk nniḍen. Ihi, ijebd-ed taḥraymit, yessefra ad yessefreq g ixxedamen n yizem s tuffra yiwen yiwen, ad yuɣal d imciṭni.

 

Mon village (1) – une lecture redécouverte de Jours de Kabylie

Mouloud Feraoun, une plume forte, si expressive et si simple, dans une langue française qui colle au contexte si spécifique de ces « Jours de Kabylie. C’est une lecture rafraichissante qui vous transporte entre le roman et le conte. Peut-on prêter à un village un point de vue singulier et la capacité à l’exprimer ? Bonne lecture et bonne écoute.

Je ne suis pas de ceux qui détestent leur village. j’ai pourtant bien des raisons de ne pas en être fier. Il sait que j’ai voyagé et vécu longtemps ailleurs, mais il s’est habitué à mes retours. Alors, à force de toujours me perdre et de sans cesse me retrouver, il ne fait plus attention à moi. Il ne me craint pas, pour tout dire. Il me réserve chaque fois un accueil très simple avec son visage de tous les jours, exactement comme il reçoit ceux de ses enfants qui l’ont quitté le matin et qui, le soir, rentrent des champs. Cette marque de confiance est touchante, je l’apprécie beaucoup.

Ceux qui y reviennent et en disent du mal, le font un peu par dépit. Ils lui en veulent d’être si laid, et, sans doute, les comprend-il puisqu’à leurs yeux il se fait plus laid lorsqu’ils reviennent de loin après une longue absence, la tête encore toute farcie de belles images. Dans le fond, ils l’aiment bien, quoi qu’ils disent. Ils finissent toujours par le voir tel qu’il est et par lui trouver des charmes, mais, à partir de ce moment, ils s’identifient à lui. Ce ne sont plus des nouveaux. D’autres les trouvent laids qui, à leur tour, ne tarderont pas à ressembler à tout le monde. Spectateur immuable du va-et-vient continuel de ses enfants qui émigrent : notre village nargue les prétentions impatientes et fatigue les longues espérances, il reste égal à lui-même.

S’il accueille sévèrement les nouveaux débarqués, c’est qu’ils apportent avec eux l’air malsain de la ville. Je crois le deviner mais il ne peut pas m’en savoir gré, car il se figure que tout le monde le devine et qu’on fait exprès de le mépriser. C’est ce qui explique son excessive susceptibilité. Il semble dire à chacun de ses enfants prodigues :

Ne fais pas le faraud, mon petit, avec ton beau costume et ta valise. N’oublie pas que ce costume perdra bientôt ses plis. Je m’en charge. Il sera taché d’huile, couvert de poussières invisibles qui lui enlèveront son éclat. J’y mettrai des mites, moi. Et un jour qui n’est pas lointain, tu le sortiras pour le porter au champ quand tu iras défricher. Et alors, tu vois ce qui l’attend ! Ta valise ? Parlons-en ! Je sais où elle ira, cette valise. Sur l’akoufi de la soupente, n’est-ce pas ? – Je suis tranquille. Elle aura le temps de s’enfumer. Tu la sortiras un jour pour t’en aller de nouveau. Elle te couvrira de ridicule dans le train et sur le bateau.

 

A suivre …..

 

Taddart-iw (1) – Taɣuri tamaynut n Ussan di Tmurt

Atan yiwen usebter n weḥric amezwaru n ungal n Mulud Ferɛun « Ussan di tmurt ». D tasuqqelt n Kamal Buɛmara seg wedlis s tefransist  » Jours de Kabylie ». M’ar lukan tezmer taddart a ttmeslay, aṭas ara tini s wul-is i warraw-is yellan ger ṛṛwaḥ d tuɣalin g unebdu neɣ di tegrest.

Nbudd-awen taɣuri d timesliwt igerrzen.

Taddart-iw

Ur lliɣ ara seg wid-nni yettɣuddun taddart-nsen. Mi ur  fneṭzeɣ ara s waya nezzeh, ẓriɣ acuɣer. Teḥṣa sukleɣ rniɣ ɛaceɣ aṭas di tmura n medden. Ihi segmi teẓra rwaḥ d tuɣalin-iw d ayen yezgan, tuɣal ula d nettat ur d-tettarra ara lbal-is ɣur-i.

Neɣ dayen, ur iyi-tettkukru ara. Tettqabal-iyi-d dɣa, yal tikelt, am yinebgi-nni n yumayen, s wudem-ines n yal ass ; udem-nni swayes tettmagar arraw-is – widak i teffɣen zik ɣer tafrara, ttuɣalen-d tameddit seg lexlawi. Tga deg-i laman yerna ḥulfaɣ iyes. Laman-nni yezdeɣ ul-iw.

Wid i d-irezzfen yerna qqaren fell-as yir awal, ttgen-t nnig wulawen-nsen kan. Ṭṭfen-as tuḥsift imi tecmet, maca ur
tekkat ara seg-sen, mebla ccekk, acku tettban-asen-d tecmet ugar, mi ara d-uɣalen akken seg lbeɛd, tili ɣaben aṭas aya, ernu ččuren-d iqerra-nsen d tugniwin icebḥen. Imil ḥemmlen-tt, ayen bɣun inin-t.

Lḥaṣun, ttuɣalen alamma ttwalin-tt akken tella, ttafen ziɣ tesɛa sserr. Maca seg yimir, ad qqlen am nettat, mačči d imaynuten, dayen. Ad d-rzun wiyaḍ daɣen ad d-afen imezwura cemten, maca ad d-tezzi nnuba-nsen ula d wi – ur ttɛeṭṭilen ara ad cabin akk medden.

Taddart-nneɣ ur tettbeddil ara, d tin n zik d tin n tura ; d timnezzeht yettnezzihen di rwaḥ d tuɣalin n warraw-is tefna lɣerba – lɣerba n yiḍelli d tin n wass-a. Taddart-nneɣ d tin yettqamaren, s yiles ḥercawen, wid icerrḍen d wid iḥemmqen ; d tin yessefcalen wid yesfiliten rennun ttmamin.

Ur tettmagar ara inerzaf imaynuten s yiles ḥercawen armi i d-gellun s yir rriḥa n temdint.

Nekki ɣileɣ ufiɣ-d ssebba n waya, maca ur ssawḍeɣ ara ad as-ččaṛeɣ tiṭ. Nettat, tɛudd fehmen akk medden annect-a, rnu ttɣunzun-tt mettɛemmed.

D ayen i tt-yeǧǧan senninet armi i d-tettban, teqqar i yal yiwen seg warraw-is ijaḥen :

Ur ttfux ara, s ukustim-nni-inek icebḥen d tbalizt-nni-inek, ay amejṭuḥ ! Ɣur-k ad tettuḍ, akustim-nni ad yuɣal ad
yekmec. D nekki ara d-yelletthun did-s. Ad yames zzit, ad t-yali uɣebbar (ur yettwali yiwen) ara t-yesfexsen, ad as-d-neg takekkuct (tumeṭ). Yiwen n wass deg wussan, ur nebɛid ara, ad t-id-tessufɣeḍ, ad telseḍ ɣer lexla mi ara truḥeḍ ad d-terẓeḍ iḥerqan. Teẓriḍ, hatan wayen i t-id-yettrajun ! Tabalizt ? Fell-as ad nemmeslay ad nernu ! Ẓriɣ sani ara tuɣal, tbalizt-nni. Ɣef ukufi n teɛrict (takanna) ara ters, neɣ ala ?

Ad tthenniɣ seg-s meqqar. Ɣur-s lweqt i wakken ad tt-alin yiluyan (ddexxan). Yiwen n wass ad tt-id-teddmeḍ i wakken ad tinigeḍ daɣen ; ass-nni, ad ak-tḥeccem deg tmacint ad ak-ternu deg lbabur.

1 Neqqar : Inebgi n yiwen n yiḍ, ad ak-geɣ i tebɣiḍ ;
Inebgi n yumayen, ad ak-geɣ uftiyen.

Yettkemmil….

Ce qu’on ne transmet pas, ça se perd, c’est tout. Tu viens d’ici, mais ce n’est pas chez toi.

Alice Zeniter a obtenu a obtenu le Prix Goncourt des Lycéens en 2017 pour son roman « L’Art de Perdre ». Nous vous invitons à en découvrir un court extrait lu, dans le cadre de notre mission d’accès à la lecture. Elle raconte avec talent une histoire familiale en lien avec la guerre d’Algérie. Son écriture est très documentée et s’appuie sur la réalité des faits historiques. On ne peut être qu’apaisé après cette lecture qui nous permet de suivre Naïma dans son cheminement vers une paix retrouvée avec ses racines, ses origines et ses identités.

♦♦♦

Lors du trajet vers le port d’Alger, le paysage malingre et souillé du bord de la route gagne cette dignité imperceptible des haies d’honneur au moment des adieux. Les marcheurs, les chiens errants et même les sacs  plastiques paraissent saluer d’un dernier mouvement le véhicule qui gagne la capitale. Ifren demande à Naïma :

Tu as trouvé ce que tu voulais ici ?

Il est évident qu’il ne parle pas des dessins de son oncle, soigneusement rangés dans le classeur qu’elle emporte à Paris et sur lequel elle a trouvé, la veille au soir, une grosse enveloppe de papier brun contenant les œuvres que possédaient Tassekurt ; (je te l’avais bien dit, a ricané Rachida, elle a envoyé quelqu’un nous les remettre pendant ton absence).

Je n’en suis pas sûre, répond-elle sincèrement.

Est-ce que tu savais seulement ce que tu voulais ?

Elle hésite :

Une preuve.

Ifren rit et tousse ; il jette sa cigarette par la fenêtre et attrape une bouteille de soda qui roule derrière son siège. La voiture fait une embardée. Il ne paraît même pas le remarquer.

Que tu venais d’ici ?

Je suppose. Je m’étais dit… que si je ressentais quelque chose de spécial en étant dans ce pays alors c’est que j’étais algérienne. Et si je ne ressentais rien …. ça n’avait pas beaucoup d’importance ; Je pouvais oublier l’Algérie. Passer à autre chose.

Et qu’est-ce que tu as ressenti ?

Je ne pourrais pas l’expliquer. C’était très fort. Mais en même temps, à chaque seconde du voyage, j’étais prête à tourner les talons et à rentrer en France ; Je me disais : « c’est bon, c’est fait. Ça vibre à l’intérieur, maintenant, on rentre ».

Tu peux venir d’un pays sans lui appartenir, suppose Ifren. Il y a des choses qui se perdent… On peut perdre un pays. Tu connais Elisabeth Bishop ?

Elle rit parce que l’apparition du nom de la poétesse américaine dans cette voiture qui longe la côte algérienne à toute vitesse a quelque chose d’incongru. Ifren commence à réciter :

Dans l’art de perdre il n’est pas dur de passer maître,

tant de choses semblent si pleines d’envie

d’être perdues que leur perte n’est pas un désastre.

 

Perds chaque jour quelque chose. L’affolement de perdre

tes clés, accepte-le, et l’heure gâchée qui suit.

Dans l’art de perdre il n’est pas dur de passer maître.

……..

Naïma reste silencieuse. Ifren lui sourit :

Personne ne t’a transmis l’Algérie. Qu’est-ce que tu croyais ? Qu’un pays, ça passe dans le sang ? Que tu avais la langue kabyle enfouie quelque part dans tes chromosomes et qu’elle se réveillerait quand tu toucherais le sol ?

Naïma éclate de rire : c’est exactement ce qu’elle avait espéré, sans oser jamais le formuler.

Ce qu’on ne transmet pas, ça se perd, c’est tout. Tu viens d’ici, mais ce n’est pas chez toi.

Elle s’apprête à ouvrir la bouche, mais il lui coupe la parole aussitôt :

Non s’il te plaît, s’il te plaît. Ne fais pas comme tous les Français qui rentrent au bled pour les vacances et qui ne supportent pas de s’entendre dire qu’ils ne sont pas algériens. Tu vois de quel genre de petits mecs je parle ?

Elle pense à Mohamed qui s’est érigé en gardien du pays perdu sans y avoir mis les pieds et hoche la tête.

Eux, personne n’arrive à savoir ce qu’ils veulent. Ils se plaignent qu’en France, on ne les laisse pas être français parce qu’il y a trop de racisme. Mais si nous, on leur dit qu’ils sont français, tout à coup ils s’énervent : je suis aussi  algérien que toi. Et ils te citent dix noms de villages, dix noms de rues.

Il s’interrompt pour reprendre son souffle puis continue, plus doucement :

Tous ceux dont je te parle, ils n’ont pas vraiment le choix d’être tiraillés. Au moment où ils naissent, l’Algérie dit « Droit du sang : ils sont Algériens ». Et la France dit : « Droit du sol : ils sont Français ». Alors eux, toute leur vie, ils ont le cul entre deux chaises et de manière très officielle. Mais toi… ne joue pas à l’Algérienne si tu ne veux pas revenir en Algérie. Ça servirait à quoi ?

Elle se tait, apaisée, heureuse qu’il ait, lui, deviné ce qu’elle n’a pas pu dire à Mehdi et encore moins à Rachida : qu’elle n’avait pas – du moins pour le moment – envie de revenir.

Mais comme il existe des états qui ne peuvent s’exprimer que par des énoncés contradictoires et simultanés, elle se surprend à penser que pour lui, l’homme doré qui comprend ses silences, elle pourrait un jour avoir envie de revenir.

Quand le bateau quitte le port d’Alger, elle ne sait pas si elle regarde la fausse ville blanche avec l’intensité des adieux ou d’un simple au revoir.

Photo :Alice Zeniter photographiée par Astrid Di Crollalanza

Méditerranée, de rivages en visages : le chant traditionnel redécouvert et transmis

Dans le cadre d’un partenariat avec le Conservatoire de Musique de Villefranche-sur-Saône, et de sa mission pour faire vivre et partager la culture berbère comme culture de France, Awal Grand Lyon va participer à un programme pédagogique à l’attention d’enfants de 9 à 10 ans.

Trois temps sont programmés :

Vendredi 21 mai 2021 de 14h30 à 17 H : présentation au Conservatoire de la culture et du chant traditionnel berbère à deux classes (CHAM) classes horaires aménagés, pour des enfants qui suivent un enseignement spécialisé d’éducation musicale.

Samedi 12 juin 2021 :  16 h  concert par les enfants  » méditerranée, de rivages en visages », thématique de l’année 2021. Eglise du Thivolet à Villefranche s/Saône.

Au cours de leur répertoire seront interprétés deux chants berbères : l’un en hommage à Idir, et le deuxième une berceuse chaouie.

Samedi 12 juin 2021 : 20 h concert du chœur Tilawalin qui présentera son répertoire de chants traditionnels et populaires, durant 1h15 environ et qui clôt le projet « méditerranée de rivages en visages ».  Eglise du Thivolet à Villefranche s/Saône.