Le don du renouveau

Awal Grand Lyon s’engage dans sa trentième saison avec un vent de renouvellement. D’abord au travers de la reprise des activités en présentiel après cette terrible crise pandémique (qu’on espère derrière nous), puis avec une coloration que traduit son nouveau logo-emblème.

Que représente donc ce logo ? On a d’abord le symbole berbère de l’olivier et/ou du blé (selon). Nous l’avons choisi pour tout ce qu’il porte et peux porter, la paix et la prospérité ! Et puis, il est tout simplement beau.

ɣer ar zdat

Je me souviens – avec M. Caillat

Action soutenue par la DRAC AURA – Appel à projet « Prendre l’Air ».

À partir de début octobre 2021, Martine Caillat conteuse va donner suite – dans le cadre d’une résidence artistique avec Awal Grand Lyon- à un travail de mémoire réalisé en 2011 .

En effet, il s’agit de donner une suite au collectage de mémoire réalisé avec l’association, il y a 10 ans : 13 récits de vie ont été réalisés sur le thème de la vie quotidienne des femmes berbères pendant la guerre d’Algérie, en France et dans leurs villages de Kabylie, qui a donné lieu à l’édition d’un livre.

L’association avec Martine Caillat souhaite proposer aux descendants de ces femmes : filles, fils, petits-fils ou petites filles de revisiter ces récits, de faire connaissance avec leur histoire très souvent tue, de faire lire et enregistrer chacun de ces récits.

Ainsi la transmission vers les descendants pourra en être assurée.

  • La restitution pourrait avoir lieu dans un premier temps via le numérique, sur le site internet de l’association, et en présence, dans un théâtre avec un public dans un deuxième temps.

  • Afin d’amener ces personnes à un niveau qualitatif de lecture de ces textes, il est prévu une formation avec Martine Caillat en tant que conteuse.

  • De même qu’il est proposé d’enregistrer un CD de ces récits de vie pour offrir la possibilité aux personnes analphabètes d’accéder à ces histoires humaines. 

Cette résidence est l’occasion pour Awal Grand Lyon de développer des partenariats avec des structures du livre et du milieu scolaire. Ces différents partenariats permettront à l’auteur d’être en immersion au cœur du territoire. Il pourra rencontrer de multiples acteurs, découvrir différents lieux et partager avec un public varié au cours de différentes interventions.

Vous souhaitez y participer, vous ou vos enfants ? Vous souhaitez être tenus informés ? Vous souhaitez nous soutenir ? : association@awalgrandlyon.net

Martine Caillat, conteuse

Berceuse » Gug a memmi gug »

Berceuse traditionnelle chaouie chantée en polyphonie par le chœur Tilawalin de notre association. Vous en trouverez d’autres interprétations et variantes sur la toile. Cette prestation du choeur Tilawalin est tirée d’un concert donné en 2021 en l’église Rivolet près de Villefranche sur Saône dans le cadre d’un partenariat avec le conservatoire de musique. Très bonne écoute.

Gug a memmi gug (berceuse en tamaziɣt chaoui)

 1er couplet

Ad fasṛaɣ tifula                                                   J’accrocherai des cordes

u ad igeɣ taεlula                                               Je fabriquerai une balançoire

di dduḥ yatilula                                                   Pour te balancer très haut

gug a memmi gug                                             Tout doux mon petit tout doux

2ème couplet

A nruḥ ɣer wedrar                                           Nous irons à la montagne

F uɣyul awasaṛ                                                 Sur le dos d’un vieil âne

Mani nalla zik n-atirar                                  Là où jadis nous jouions

gug a memmi gug                                           Tout doux mon petit tout doux

3ème couplet

Ad igaɛmar memmi                                     Mon fils grandira un jour

wa ad iɛard d argaz                                      Il deviendra un homme

a-s-id-awiɣ aslit                                             Je lui ramènerai une mariée

ad isaɛ axxam                                                Et il fondera un foyer

4ème couplet

A nruḥ ɣer qawar                                           Nous irons au jardin

F uɣyul awasar                                               Sur le dos d’un vieil âne

Mani nella zik n-atirar                                Là où jadis nous jouions

Gug a memmi gug                                         Tout doux mon petit tout doux

5ème couplet

Ad fasraɣ tifula                                           J’accrocherai des cordes

u ad igeɣ taɛlula                                         Je fabriquerai une balançoire

di dduḥ yatilula                                             Pour te balancer très haut

gug a memmi gug                                      Tout doux mon petit tout doux

 

Les Aurès Chaoui Amazigh Les Balcons de Ghoufi 1 - YouTube

Élections régionales 2021 : voter est essentiel !

 

Il est encore temps de se mobiliser pour voter au second tour des élections régionales 2021 dimanche 27 juin.

Ces élections locales sont beaucoup trop fortement ignorée des citoyens. La Région a pourtant en charge les lycées, les déplacements, la formation et d’autres sujets comme le développement économique. Son action est donc essentielle au bon devenir de nos territoires, à la formation pour accéder à l’emploi et à la réussite de nos enfants.

Par contre, elle n’a en réalité aucune compétence en matière de sécurité, même si aujourd’hui le débat reste focalisé sur cette dimension.

Votez, votez en pleine conscience et en toute liberté !

Ne laissez pas comme en ce dimanche 20 juin – par défaut – les autres décider pour vous !

En votant, vous participer à désigner l’exécutif de cette collectivité. Et en fonction de votre expression, vous orienterez fortement ce qui se fera à l’échelle d’Auvergne Rhône-Alpes (AURA). Et vous orienterez certainement les débats des élections suivantes en 2022, à savoir la présidentielle et les législatives.

Il y a tant d’enjeux économiques, sociaux et plus largement de devenir de la démocratie et de la république, que nous ne pouvons que dire que voter c’est exister socialement et politiquement !

Votez comme vous voulez, mais votez !

Peut-être avez-vous suivi ces dernières semaines les débats autour de la place des langues régionales dans la République !

Peut-être avez-vous constaté combien un petit nombre de personnes organisées et déterminées ont pu faire échouer un projet de loi permettant l’enseignement de ces langues dans nos écoles ?

Cette illustration nous tient à cœur, parce que lors de ce débat, certains ont justifié le rejet des langues régionales en arguant du fait que c’était une porte ouverte pour les autres langues présentes sur le territoire national, langues d’autres citoyens « séparatistes », langues étrangères à la France même si elles en sont des langues vivantes de nombreux citoyens.

C’est le cas du berbère bien évidemment ! Et pour beaucoup, les gens qui parlent le berbère et le français sont des citoyens qu’il faudrait pouvoir amputer de leur part de différence et discriminer ! C’est la peur qui les gouverne !

Cette attitude hostile est portée de manière plus ou moins volontaire. Nous retenons que lors de la première biennale des langues à Lyon du 27 au 30 mai 2021, à aucun moment l’enjeu de la langue berbère, langue de près de 2 millions de citoyens français, n’a fait l’objet ne serait-ce que d’une simple évocation.

Et pourtant les organisateurs aiment les langues de France et sont épris d’égalité !

Ils l’étaient, selon nous, jusqu’à présent en tout cas !

Faites connaître votre point de vue avec votre bulletin de vote !

Le berbère langue de France ?

La Première Biennale des Langues se tiendra du 27 au 30 mai 2021 (9h-19h) à Lyon, dans la cour du Centre Berthelot (Lyon 7e)

Le Berbère, langue de France ?

Ces dernières années, nous avons constaté un recul de la prise en compte du Berbère par la Délégation Générale à la Langue Française et aux Langues de France (DGLFLF / Ministère de la Culture). Manifestement la pression politique d’extrême-droite qui associe notamment le berbère (voir les déclarations d’Eric Zemmour sur Cnews) à une dimension exogène dangereuse pour la France, fait son effet. Notre constat de ce recul, vous pouvez le faire aussi en lisant la proposition de loi sur les langues régionales adoptée par l’Assemblée Nationale le 08 avril 2021. Il y a encore peu, les autres langues de France, auraient été incluses dans une telle proposition. La DGLFLF (Ministère de la Culture) devrait être présente lors de cette manifestation. Nous vous invitons à les interpeller soit directement sur place, soit par l’intermédiaire d’internet puisque les échanges sont transmis sur un site dédié à la manifestation.

♦♦♦

Communication de la  Caravane des Dix Mots (www.caravanedesdixmots.com) structure organisatrice de la manifestation de la Biennale des Langues

La Première Biennale des Langues se tiendra du 27 au 30 mai 2021 (9h-19h) à Lyon, dans la cour du Centre Berthelot (Lyon 7e) et dans divers lieux partenaires aux alentours comme le cinéma Comoedia et le rectorat de Lyon. Entièrement gratuite, la Biennale est conçue comme une manifestation accessible à tous les citoyens, quelles que soient leur origine et leur connaissance des langues.

La manifestation pourra également être suivie en ligne sur le site de la Biennale des Langues.

Les deux premiers jours (jeudi 27 et vendredi 28 mai) seront dédiés à l’accueil des scolaires. Ils permettront de prévoir un accompagnement personnalisé aux classes et au jeune public, de concert avec les équipes enseignantes. Les deux jours suivants (samedi 29 et dimanche 30 mai) seront ouverts au grand public, qui pourra également visiter la Biennale dès le jeudi et le vendredi pendant les nocturnes de 17h à 19h.

PHILOSOPHIE DU PROJET

La Biennale des langues est un lieu de rencontres et de sensibilisation à la diversité, qui permettra de valoriser la richesse culturelle et linguistique qui nous entoure.

Elle repose sur l’idée que l’on peut s’amuser avec les mots et amener chacun et chacune à réfléchir à son rapport aux langues. Pour ces raisons, la Biennale des langues propose une programmation variée où toutes et tous peuvent se retrouver, que ce soit par son expérience personnelle, professionnelle, sa curiosité, ou même, par hasard.

En quelques mots, la Biennale des langues sera un événement inédit qui repose sur une approche ludique, pluridisciplinaire et populaire des langues, afin de permettre à l’ensemble de nos concitoyens d’appréhender la richesse et la complexité de la diversité culturelle et linguistique.

À la manière d’une exposition universelle, la Biennale des Langues sera composée de plusieurs pavillons thématiques qui permettront d’aborder les langues sous différents aspects et de vulgariser leur compréhension. Au-delà du prisme scientifique des langues et du langage, nous nous appuierons sur des approches culturelle, politique, philosophique, économique, sociologique, ludique et artistique pour refléter la pluralité des questionnements portant sur les langues.

Ces problématiques seront portées par des chercheurs, des écrivains, des artistes, des chefs d’entreprises, du personnel de santé et du social et par tous les citoyens, qui sont invités à investir ces thèmes.

Plurilinguisme, accents, langage animal, francophonie ou encore féminisation du langage sont autant de thématiques qui seront présentées et questionnées lors de cette Première Biennale des langues.

 

 

Allez les femmes ! Beddemt a tulawin !

8 MARS 2021

À l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, allez de l’avant sur la voie du combat…

I lmend n wass agerɣlan n izerfan n tlawin, ddumt ar zdat deg webrid umennuɣ….

Il reste tant à faire. Les femmes d’aujourd’hui et de demain doivent faire « autrement ». Prendre en main leur destin, en quête d’égalité, par tous les chemins. Chacune y contribuer avec son histoire personnelle. Et cela, pour toutes femmes et les filles.

ɣer ar zdat