Aɣyul n baba Lewnis

Voici un texte d’Ameziane Kezzar. Il s’agit d’une adaptation au contexte kabyle du poème de Paul Fort « le petit cheval blanc« .

Georges Brassens l’a mis en musique.

Atan yiwen weḍris sɣur Ameẓyan Kezzar. Yerra ar umnaḍ aqbayli asefru  » ayyis (aɛudiw) awezzlan amellal » n umedyaz Paul Fort. Isudes-as aẓawan u icenna-t Georges Brassens.

Ecouter, voir le texte et sa traduction (attention il s’agit de la traduction du kabyle vers le français de l’adaptation d’Ameziane Kezzar, et non du texte original d’inspiration du poète français Paul Fort).

Sel, ẓer aḍris d tsuqqelt-is si weḍris s teqbaylit ar tefransist


Une perle berbère tirée de l’ouvrage d’Ameziane Kezzar « Brassens : Tuɣac d isefra » . Editions / Tiẓrigin Achab 2015.

 

Aɣyul n baba Lewnis                      L’âne de papa Lounis

Ur yessin tafsut                                       Ne connaît pas le printemps.

Ḥaca ccetwa mm wegris,                       Il n’y a que le gel de l’hiver

I t-yeṭṭfen di tmurt.                                 Qui le retient au pays.

Aɣyul n baba Lewnis                      L’âne de papa Lounis

Yezga di lexla.                                          Vit à la campagne (à l’extérieur)

Akkenni i d-yusa wass,                          Dès que le jour se lève

A t-yeks umeksa !                                   Le berger le fait paître !

Aɣyul n baba Lewnis                     L’âne de papa Lounis

Yezga d aqlaqal.                                     Va en claudiquant

Ulac ɣer wac’ara iḥir,                            Il n’y a rien pourquoi se presser

Yegwra neɣ yezwar.                              Qu’il suive ou qu’il précède.

Aɣyul n baba Lewnis                     L’âne de papa Lounis

Yezga yettaḍsa.                                      Est toujours satisfait

Ɣas tabarda af weɛrur-is,                    Même avec un harnais de plomb sur son dos

Tiɣrit, rrekba…                                     Les coups, les voyages…

Aɣyul n baba Lewnis                  L’âne de papa Lounis

Ssnen-t akw medden.                        Tout le monde le connaît

Di taddart m’a d-iɛeddi,                    Quand il traverse le village

Arrac akw feṛḥen.                               Tous les enfants se réjouissent.

Aɣyul n baba Lewnis                 L’âne de papa Lounis

Yemmut deg uḥeggan.                      Est mort par mauvais temps

Yemmut ur yeẓri tafsut,                   Il est mort sans voir le printemps

Arrac akw cfan.                                  Tous les enfants s’en souviennent.

Vocabulaire / Amawal :

Aqlaqal : qui claudique, n’est pas d’aplomb

iḥir : se presser

tabarda : harnais (de plomb)

tiɣrit : les coups

rrekba : voyages

aḥeggan (u) / iḥegannen (calendrier agraire) : période de mauvais temps de l’année agricole d’une quinzaine de jour qui s’étend de fin février à début mars ; habituellement période de froid et de vent.

 

ɣer ar zdat

Oublié (Win Ttun)

Pour sa 23ème édition Tafsut Imedyazen (Printemps des Poètes) a pour thème « le désir ».

Le choeur Tilawalin nous fait découvrir deux textes du poète lyonnais Malek CHELIL (1952-2004). Vous constaterez son talent en français, comme en berbère. La poésie n’a pas de frontière. Elle fait vibrer toutes les langues.

Mise en musique : Yuva Mohammed Maakni.

ɣer ar zdat

Yennayer ameggaz 2971

Yennayer 2971, les vœux des associations du réseau citoyen franco-berbère de la CBF

Trembler au grondement de l’orage, écouter crépiter le feu, sentir dans ses os le froid de l’hiver ; ce sont ces sensations qui sont au cœur du sens de Yennayer ! Et se tenir serrés, ensemble et uniques, admiratifs de cette Nature qui nous dépasse et nous englobe. Retrouver la modestie et l’exceptionnelle fragilité de la vie qui suinte par gouttelettes au moment de la rosée. Yennayer, c’est l’humain et la vie dans chaque petite maison et chaque cœur battant.

Voilà donc pourquoi il est essentiel de fêter dans cet esprit naturel, frugal et simplement humain le nouvel an berbère.

C’est un présent d’authenticité et de mesure que les Berbères d’Afrique du Nord offrent par l’intermédiaire de chacun et ici des associations franco-berbères à tous et toutes, aux amis et à ceux qui ont décidé de faire de la tolérance et de la science l’essence même de ce qui nous fait vivre ensemble.

Il n’est donc pas nécessaire d’en faire beaucoup, juste – dans le respect des règles sanitaires imposées par la lutte contre la pandémie virale actuelle de la COVID 19 – de marquer ce 12 janvier de cette nouvelle année berbère 2971 pour qu’elle soit à tous douce comme la laine, savoureuse comme le pain et chaleureuse comme une poignée de main.


ⵢⴻⵏⵏⴰⵢⴻⵔ  ⴰⵎⴻⴳⴳⴰⵣ !  ⴷ  ⴰⵃⴻⵎⵎⴰⵢⴰⵏ  ⴷⴻⴳ  ⵡⵓⵍⴰⵡⴻⵏ  ⴷ  ⵢⴻⵅⵅⴰⵎⴻⵏ !

ⴷ  ⴰⵅⵉⴷⴰⵏ  ⴷⴻⴳ  ⵢⴻⵍⵙⴰⵡⴻⵏ !

Yennayer Ameggaz ! D aḥemmayan deg wulawen d yexxamen ! D aẓidan deg yelsawen !

D acu-t Yennayer ? D argaz nneɣ d tameṭṭut ?

D aɣawsiw (lweḥc) nneɣ d aseklu (ṭṭjera) ?

Ɣurneɣ d imir (taswiɛt) n wegraw (anejmuɛ) n imeẓẓyanen d imeqqranen ! D imir n taḍsa d wawal aẓidan n tayri d timidwa ger at wexxam, at taddart, at tiɣremt (tamdint) et wat ayen nella meṛṛa segmi tebda tuddert.

Zemreɣ a d-iniɣ Yennayer d imurar iɣ-yeṭṭfen d imdanen (lɛibad) am iḍuḍan ufus yesɛan imezwura am yal amdan n talsa.

M’ara neqqim deg yexxamen-nneɣ ar wakal – nneɣ f ukanapi , nessens tilibizyu – u nettmeslay garaneɣ akken a d-nnemekti wid d tid daɣ-yeǧǧan, d imir-a imi neqqar Yennayer.
Imawlan-nneɣ, imezwura nneɣ d iẓuran-nneɣ ! Nḥemmel-iten, nettqaḍar-iten! D nutni iɣ-d-iṛebban, iɣ-iḥudden, i yettilin ar tama-nneɣ mi tuɛar teswiɛt.
Yennayer i nutni d nutenti i tid-nettawi. Ur ntettu yara !

Unaẓur Yidir, ittflewlewin d iṭij amaziɣ ger wagim (1000) n yiṭijen usawen deg yigenwan, yuɣ yettawi-d tizlett n ujeǧǧig, anda s-iqqar “Xas yiwen wass kan i yedder, medden akw cfan fellas”. A s-nini kečč a gma-tneɣ acmamaḍ Yidir yunagen ilindi deg useggas 2970, aqla-k tettiliḍ garaneɣ d taslent di tmazirt n yal twacult. Nettɣimi di tefsut d unebdu seddaw tili-inek akken aɣ-ihuzz usmekti n tuɣac iɣ-d-ǧǧiḍ.
Xas teddreḍ kan yiwet temgerṭ, a necfu yakw fell-ak i wakkass ! Tuɣaleḍ d ini ! Aql-ak am yiwen weẓru ger kraḍ (3) n yidɣaɣen i nesrussuy f yiri n ukanun.

A wid d tid ittaken azal i yidles, a tiyemmatin d ibabaten, a wid d tid iḥemmelen timusna taqbaylit, timucuha d amezruy-nsen, ellit s teflest tibbura useggas amaynut. Efket tazmert i tarwa-nwen akken a teddu ar zdat s ugerruj n tmaziɣt d tayri n yiman-nsen. Akken ad ilint d tilawin tilelliyin, akken ad ilin d irgazen ilelliyen anda llan, anda ddren.
Ur ttillin d ijugilen n wegdud ur nessin tira, agdud yečča wasif n tatut.

Yennayer, d taswiɛt akken a sen-nsel i ubandu (tεeǧǧaǧt) g usigna d tmes mi tetteṭerḍiq, d imir a nḥulfet asemmiḍ aqerḥan g iɣsan. Yennayer d tagrest g idurar d temdinin, deg ugama. Yessfek fellaneɣ a neččet akken seksu s izegza d uyaziḍ.
Ɣurwat aseggas-a ! Ilaq a nḥadret aṭas yiman-nneɣ d wid iɣ-iqerben akken ur ten-ittaɣ ara waṭṭan n unfafaḍ (avirus) Covid 19 (mraw d tẓa).

Nbudd-awen(t) Yennayer afulki (ucbiḥ) d amellal am wedfel ! A kwen(t) d-yaf u a kwen(t) yeǧǧ di tezmert d tumert.
Ur ttgwadet tamɣart n Yennayer, ma tusa-d ɣurwen efket-as ijeǧǧigen d wemkan akken a tterwu seksu yidwen. Aseggas ameggaz !!

Cours de Langue Kabyle/ Tutlayt Taqbaylit

Nous avons le plaisir de vous informer que le cours de langue berbère (Kabyle) débutera le :
Dimanche 11 octobre 2020 de 9h30 à 11h30 dans les locaux de l’association Awal grand Lyon.
📍7 rue de l’Epée Lyon 3e. (Métro Guillotière Place Gabriel Péri)
▪️ Cours Dimanche matin: débutant
▪️ Cours Mardi soir: débutant avancé
📚📖Proffesseur : Célia Bourai.
– Les droits d’inscription s’élèvent à 150€ annuellement plus l’adhésion à l’association Awal (tarif familial, individuel, étudiant).
Possibilité de règlement en plusieurs fois.
Nous vous adressons nos plus chaleureuses salutations.
A très bientôt !

Adhésion 2020/2021 : Témoignage de soutien / Tanagit n usalel

Baya, Mustapha, Léna, Mayes

 

 

Pourquoi nous avons adhéré à l’association AWAL Grand Lyon et lui avons fait un don?Acimi nelteɣ ar tiddukla AWAL Grand Lyon u nga-yas yiwen usefk ?

 

 » Awal Grand Lyon est notre association. Depuis des années, nous y trouvons les ressources et l’équilibre nécessaires pour découvrir, comprendre la culture et le patrimoine berbères(amazigh). Nous voulons les faire vivre avec nos enfants, les partager avec nos amis et simplement les transmettre en hommage à nos parents. C’est pourquoi il est essentiel d’adhérer et de soutenir notre maison commune Awal Grand Lyon. On y est bien tous ensemble ! »

 

Grace au lien ci-dessous nous vous invitons à faire comme nous en toute sécurité !

https://www.helloasso.com/associations/awal-grand-lyon/adhesions/adhesions-2020-2021-1

 

Swe(m)t iẓuran, ddu(m)t ar zdat !

Irriguez les racines, allez de l’avant !

 

#Baya, Mustapha, Léna, Mayes