Tabratt i Faḍma sɣur J.Amrouche

Unaẓur n umezgun d tmedyazt Ḥass Mess yefka-yawen-d, d tarzeft, yiwen weḍris n Jean El Muhub Ɛamruc ( umyaru afransis amaziɣ) i d-terra Nasira Abrus si tefransist ar tqebaylit. Taɣuri n Ḥass Mess ternu-yas tafulki (cbaḥa) i teqbaylit d wawal n tayri d leqdeṛ n Jean i yemma-s Faḍma At Menṣuṛ Ɛamruc. Teǧǧa-yaɣ-d nettat, daɣen yiwen ugerruj n tesmekti (unecfu) « Taḥkayt n tmeddurt-iw ».

Ḥass Mess:  http://hacemess.com/index.php/category/bienvenus/

Yemma taɛzizt,

                       Tufiḍ-iyi-d acḥal d ddurt-aya bɣiɣ ad am-in-aruɣ tabratt annect-ilatt. Mi ara tedduɣ di Pari, tikkwal ttarguɣ amzun akken teckunṭḍeḍ deg iɣil-iw. Nleḥḥu ttawil ttawil deg ubrid, am unina n tmeddit, rrif rrif n ubrid n tmacint di Ṛades.

                       Tezzuɣureḍ iḍarren-im i yeswaḥen di terkasin-nni inem yeḥfan, tesburreḍ i yedmaren-im timeḥremt-nni yinem iwumi msan yiɣman. Acu kan, taṭṭucin-nni yinem n teqrurt tuḥrict, siggint akkin akka, ur yelli wayen tzegleḍ, iniyen igenni, itran i aɣ-d-inecden, attan dɣa yiwwet akken n tsusmi d tameqrant tnefled seg tmizar, si ger rrwayeḥ, tezdi talwit id-yersen seg igenni.

                         Ttxemmimeɣ s unuɣni; qarreɣ-as, ur walaɣ mazal ad aɣ-ttunfkent ddeqs n tegnatin am ta, a ncali am akka uqbel ad sbarbrent fell-aneɣ tewwura n uxxam deg yiḍ. Axxam nneɣ n Ṛades ur telli tizi deg it-id-ttmektayeɣ ur sradment ara wallen-iw. Yekna-yas i dderk n cfawat akk d ihdman n tirga deg i ttillifent tugnawin n usḥissef, deg i yettiṛṛiq liser – ahbuh tigi ur tuqtent ara am tmezwura-nni- acu kan smenennit tirẓegt d tiẓet yettaken anzi s acewwiq id-ttawin iɛessassen-is.

                        Yemma inu, yemma taẓidant inu, yemma taṣebrit, yelzen, yemma inu yettwaqden, irrebban tissas ! Wissen ahat tezriḍ Ajanut inem (ton Jeannot) mazal-it ur yeṛwi ara ijufar inem, werǧin yeḥla seg ussan n temẓi-s, ayen yebɣun yeg, anda is-yehwa yeddu, ad tt-qimeḍ s yidisan-is, mačči kan d tugna timcelfeqt, neɣ d tirmegt yettcarrigen cfawat, d abeḥri i turett ara s-tiliḍ neɣ ad yemmet s ukuffer ? Wissen amek telliḍ tafsut-a icuban anebdu ? Amek tettqazameḍ annect-nni akk n cɣel n uxxam ? Kra n taɛkemt yellan, tagara d kem akk d baba i tt-yirfeden. Tneɛtabem xemsin n yiseggassen, mačči d kra. Limer d lebɣi yewweḍ-d lawan n usgunfu, natta-nni ula yiwen seg tarwa nwen ur awen-tt-id yeḥella.

                         Acu kan a yemma inu d kemmini i d tifrat i aɣ-d-uznen at tbaḍnit. Ulamma annect-nni akk n leqdic yesendeqqayen tarwiḥt d tfekka, ayen im-yefka bab igenwan drus wid i wumi i t-yefka : seddaw ikumcan n udem-im d ucebbub-im amellal, tezgiḍ teṭṭurceḍ, yerna-am amzyabu n uncraḥ amzun d lɛinṣar ddaw n tmurt yetteffi-d seg wallen-im yecalwen. Ma tella kra n tmedyazt d waḍu n tẓuri id-aɣ-yezdɣen Mari Lwiz (Marguerite Ṭawes Ɛamruc) akk d nekk, d kemmini i d aɣbalu ines. Temliḍ-aɣ kra din yellan, teṣawḍeḍ-aɣ-d tiɣri n tmurt nneɣ, tiɣri n yimezwura nneɣ.

                       Annaɣ a yemma inu werɛad ifuk yiseɣ-im. Mi akka bdiɣ ferzeɣ acu yezwaren deg wayen akk iyi-yeggunin, ad n-zziɣ ɣer-m. Tura ilaq ad taruḍ akk ayen i wumi tecfiḍ, ur kem-id iṣaḥ wextiri, akken im-yehwa, melmi id-am-ters nniya. Ad yimɣer cɣel. Acu kan a yemma inu, ɣur-m kan ɣur-m kan ad tezgleḍ temẓi-m d wayen akk teddreḍ di tmurt n iqbayliyen. Aṭas ara nelmed sges d tirni, azal-is mačči d izli, ur yettnuzu, ur irehhen. Di leɛnaya-m a yemma inu, ddu di lebɣi, ddu di lebɣi i wayen im-d-ssutreɣ.

Yemma inu, taḥawact inu, tissudan ḥninen.

Ajanut-inem  (ton Jeannot /Jean Lmuhub Ɛamruc)

Ɣer u issin kter ɣef :

Faḍma At Menṣuṛ : https://kab.wikipedia.org/wiki/Fa%E1%B8%8Dma_At_Men%E1%B9%A3ur

Jean Lmuhub Ɛamruc : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Amrouche

 

S tefransist / Taɣuri n Silya :

Ma chère Maman

Voici plusieurs semaines que je veux t’écrire une longue lettre. En marchant dans Paris il m’arrive de rêver que tu es à mon bras. Nous allons lentement, très lentement, comme le soir, sur la route le long de la voie du chemin de fer, à Radès. Tu traînes tes pauvres pieds dans tes vieilles savates, tu croises ton fichu décoloré sur ta poitrine. Mais tes yeux de petite fille malicieuse regardent tout autour, et rien ne leur échappe, des nuances du ciel, des étoiles qui nous font des signes ; une grande paix monte des jardins parmi les parfums qui va se fondre dans la paix qui tombe du ciel.

Et je pense, mélancoliquement, que la vie ne nous accordera plus bien souvent de faire ces promenades, avant que la maison ne replie sur nous ses ailes pour la nuit. Notre maison de Radès, je ne l’évoque jamais sans être ému aux larmes. Elle est si lourde de souvenirs, si pleine de songes où les images désolées et celles que la joie illumine- plus rares hélas ! que les premières- sont unies si étroitement qu’elles composent une harmonie amère et douce qui est comme la musique même de son âme.

Petite maman, douce maman, maman patiente et résignée, maman douloureuse et pleine de courage ! Sais-tu seulement que ton Jeannot n’est pas sorti de tes jupes ? Qu’il ne sera plus jamais guéri de son enfance, et que quoi qu’il fasse, et où qu’il soit, tu es avec lui, non point comme une image fugitive qui traverse en éclair la mémoire, mais comme l’air qu’il respire, et sans lequel il mourrait étouffé ?

Comment vas-tu en ce printemps si semblable à l’été ? Comment supportes-tu tout le travail de la maison ? Toutes les charges finissent par retomber sur papa et sur toi. Après avoir trimé pendant plus de cinquante ans vous aviez droit au repos, et nul de vos enfants n’a pu encore vous l’assurer.

Mais, petite maman, tu es notre miracle secret. Car malgré tous les travaux qui usent l’âme et le corps, Dieu t’a accordé la grâce la plus rare : sous les rides et sous les cheveux blancs tu as gardé l’âme fraîche, et une réserve de joie comme une source sous les roches jaillit de tes yeux fatigués.

Si quelque poésie et quelque sentiment de l’art nous portent, Marie-Louise et moi, c’est à toi que nous le devons. Tu nous as tout donné, tu nous as transmis le message de notre terre et de nos morts. Mais ton œuvre n’est pas terminée, petite maman. Au moment où je commence à entrevoir ce sur quoi doit porter mon effort principal, je fais encore appel à toi. Il faut que tu rédiges tes souvenirs, sans choisir, au gré de ton humeur, et de l’inspiration. Ce sera un grand effort. Mais songe, ma petite maman, que tu ne dois pas laisser perdre ton enfance, et l’expérience que tu as vécue en Kabylie. Un enseignement de grand prix peut s’en dégager. Et ce sera pour moi un dépôt sacré. Je t’en supplie, petite maman, prends en considération ma requête…

Petite maman, je t’embrasse tendrement.

Ton Jeannot (Jean El Mouhoub Amrouche)