Uccen d weɣyul – Le chacal et l’âne

Le chacal s’en prend maintenant à l’âne pour poursuivre sa besogne et perturber l’organisation du lion.

On appréciera en kabyle comme en français  la description des sentiments prêtée à l’âne. Bonne lecture et écoute.

Uccen yebren tura s a ayɣul akken ad ikemmel aqdic-is akken ad issxeṣeṛ aṣeggem n yizem.  A nefk azal s teqbaylit neɣ s tefransist i weglam n yiḥulfan ittunefkan i weɣyul.

Nezmer  a d-nini aɣyul  » d amdan am wiyaḍ ».

Nbudd- awen(t) taɣuri d timesliwt iggerzen.

Uccen d weɣyul

Imiren yebren wuccen s aɣyul, d nnuba-s. Yenna-yas : « – Atmaten-ik, a bu-yimeẓẓuɣen, ahaten deg udal, di leḥcic ar teɛbbuṭ, ṛwan asennan d umezzir, da ttejɛun, kkaten tuqqṛa, yiwen ur yasen-yettalas. Kečč, qqim dagi a ttxedmeḍ tacemlit ! ».

Akken yesla weɣyul i yimeslayen-agi, yebra i yimeẓẓuɣen-is, yegr-d tinexsas. Yiwen n yiḍ, s wudem n ṣṣbeḥ, yurga yewwi-yas-d Ṛebbi yella deg udal netta d weɣyul nniḍen, da ttemyekmazen tuyat. Yefṛeḥ, yendekwal-d seg yiḍes, yufa-d iman-is weḥdes : tuɣal ddunit deg wul-is d alili.

Iṛuḥ s izem, yenna yas :

 » – ay agellid n yiɣeṛsiwen (lewḥuc), serreḥ-iyi ad ṛuḥeɣ : ɛeyiɣ ! « .

Yeɛṛeḍ yizem a t-id-yerr s abrid, ur yufi : aɣyul, ma ifat yeḥṛen, yekfa umeslay. Yewwet-it, yeṛẓa-t, yenna-yas i wuccen : « – Ddem, a Ben Yaɛkub, a tt-neṭleḍ ! ».

Yeskerker-it wuccen armi d iɣzer, yeqqim-as, yečča degs geddac n wussan. Asmi i d-yuɣal, yenna-yas yizem :

« – Annaɣ, a Mḥemmed, tteǧǧiḍ-aɣ i fad ! ».

Yuɣ lḥal d wuccen i d-yyettagwmen. Yerra-yas :

« – Ay agellid i yiɣeṛsiwen, armi d ass-agi ay kfiɣ tanṭelt n wehdum-nni : mi neṭleɣ aftus, iḍehr-d uqqejjiṛ; mi neṭleɣ aqqejjiṛ, iḍehr-d uftus ! ».

Le chacal et l’âne :

Alors, ce fut le tour de l’âne :

« Tes frères, longues-oreilles, sont dans les prairies avec de l’herbe jusqu’au ventre ; ils se réjouissent de chardon et de lavande. Ils braient et jouent gaillardement des sabots sans que personne n’y trouve à redire ! Toi, reste ici, à faire la corvée ! ».

Entendant cela, l’âne laissa pendre ses oreilles et poussa de tristes soupirs. Une nuit, peu avant l’aube, il rêva qu’il était dans une prairie, se grattant les épaules à belles dents avec un de ses congénères. De joie, il se réveilla en sursaut … pour se retrouver tout seul. La vie lui sembla aussi amère que laurier-rose.

Il alla trouver le Lion et lui dit :

« Roi des Animaux, laisse-moi partir, je suis fatigué (de servir) ».

Le Lion essaya de lui faire entendre raison, mais ce fut peine perdue : l’âne est si têtu ! Il l’abattit d’un coup de patte et cria au chacal : « Va l’enterrer, Ben-Yacoub ! ».

Le chacal le traîna jusqu’au ravin (voisin). Il mit plusieurs jours à le dévorer. Lorsqu’il fut de retour, le Lion lui dit : « Dis donc, Mohamed, tu me laisses mourir de soif ! « . Le chacal assurait en effet la corvée d’eau.

 » O Roi des Animaux, dit-il, quel monstre, aussi, m’as-tu ordonné d’enterrer ! Lorsque j’avais enterré une patte de devant, une patte de derrière ressortait. J’avais à peine enterré une patte de derrière, une de devant réapparaissait….. ».

Extrait du roman de Brahim Zellal  « le roman de chacal ».