Taddart-iw – Amur wis 2 – Ussan di Tmurt – Mulud Ferɛun

« Taddart-iw » – Atan umur aneggaru n weḥric amezwaru n wedlis n Mulud Ferɛun « Ussan di Tmurt ». D tasuqqelt sɣur tefransist n Kamal Buɛmara. Tzemrem ad as-teslem, a t-teɣrem s teqbaylit neɣ s tefransist (ddaw-as) iwakken a teẓrem amek i tga tsuqqelt-a. Nbudd-awen(t) taɣuri d timesliwt igerrzen. Tutlayt taqbaylit-agi, ɣures azal ameqqran !

Ticki ara d-rsen – wid i d-yerzan si Pari – seg uṭaksi i d-kran iwakken ad ɣwun tulawin, tiwwura merra ad d-mfarezzant iwakken ad ten-walint mi ara d-ttɛeddin akken. Tettban-d taddart, din, amzun tesɛa tiwinas n wallen ; neɣ tuɣal d tiṭ annect ila-tt : tiṭ-nni mm yigiman n taṭṭucin i ken-id-yettmuqqulen seddaw n tiṭ, s uskeɛrer.

– Hah ! Amek tufam tizenqatin-iw ? Ḍeyyiqit, umsent ? Ur iyi-terra ara tmara ad tent-ffreɣ fell-awen. Ẓriɣ-ken, asmi akken tellam mejṭuḥit, i tcerrhem mi ara trekḍem akken deg-sent am yibezziwen imeɛfan ! Yya, ɛeddit ! D tajmaɛt-nwen, tihin. Ẓriɣ, tettban-awen-d ur teswi, ur tlaq. Mačči d La Place de l’Etoile ! Teẓram amek i ken-id-ssuguneɣ di La Place de l’Etoile ? Ttwaliɣ-ken am wakken tettwalim akken amcic-nni aṭiṭuḥ yuggaden ticki ara d-yezger tajmaɛt yeččuren d arrac, arrac yeččan deg uksum-nsen. Mejṭuḥ wejdar-nwen ? D ayla-nwen, ɣurwet ad tettum ; teččurem-t s wayen iɛeddan fell-awen ; yeččur s yisem-nwen, s tirga-nwen tiqdimin ; yezga d anagi ɣef tirga-nwen tibujadin, ɣef tnegfin-nwen d westaser-nwen. Qenɛet ihi, ur cerrḍet ara ! Ad tafem iman-nwen da, yerna ad twalim, d nekk i wen-t-id-yennan…

Ihi akka ! Innan am wi, nekki, xḍan-iyi. Ala, nekki, ur nwiɣ ara tga-yi udem nnig wiyaḍ, neɣ tufa-yi xulfeɣ-ten. Dayen, seg wakken tezga teẓẓar-iyi, tuɣal teɛya deg uqamer i tt-ttqamareɣ akken. Ad as-neg yella wass ideg ara tɣil ẓẓayit wallen-iw fell-as, ass-nni d ahuzzu kan ara thuzz tuyat-is.

Lorsque les gens qui arrivent tout droit de Paris descendent du taxi qu’ils ont loué pour éblouir les femmes, toutes les portes de toutes les maisons s’entrouvrent et les regardent passer. C’est comme si le village avait des centaines d’yeux ou s’il était transformé, lui-même, en un œil gigantesque qui vous lorgne narquoisement de ses mille facettes.

Mes ruelles, vous les trouvez étroites et sales ? Je n’ai pas besoin de m’en cacher. Je vous ai vus tout petits et bien contents d’y barboter comme des canetons malpropres. Passez ! Là, c’est votre Djemaa. Bien entendu, elle vous semble grotesque et vaine. Ce n’est pas la place de l’Etoile ?  Savez-vous comment je vous imagine place de l’Etoile ? À peu près comme vous voyez ce petit chat craintif quand il traverse votre Djemaa remplie de garnements. Votre gourbi est trop petit ? Vous oubliez qu’il est à vous, plein de toutes les présences passées, plein de votre nom, de vos anciens espoirs, témoin de vos rêves naïfs, de votre bêtise, de vos souffrances. Soyez modestes voyons ! Vous serez très bien ici, vous verrez, c’est moi qui vous le dis …..

D aya kan, ma nezmer ad d-nini akka :
– Ahh ! D kečč daɣen ? Xerṣum serked iman-ik, icaḍ ! Ur iyi-terziḍ ara… Ɣiwel, kcem s axxam. Kcem ɣer dihin ! Ɣer yixf-ihin, d azniq n At Flan, anda tella akken teɣlaṭ ḍeyyiqet, ɣezzifet ; taɣlaṭ-nni ideg llan yixxamen yecban leqwas yezḍan s ubudid, acku yal yiwen deg-wen yefreg iman-is s tgusa. Ẓriɣ ur tecriheḍ ara. Ẓer agudi-inu, twalaḍ-t !? Yeččur kan armi d-yeffel. Ad teẓreḍ daɣen taɣrabt-nni i d-ifergen akken taxxamt n tjarett-nwen, tamɣart-nni, trab-d di tegrest n yilindi, maca nerra-tt-id s uɣanim… Ur ttaggad, mazal yella waluḍ deg yizenqan iwakken ad amsen yisebbaḍen-nni (2) i d-tessarjiḍ akken, ad rnun ad amsen rrǧul n testawt-ik. Mačči anagar aluḍ, lḥaṣun. Mi ara d-truḥeḍ ad teqqimeḍ ɣef yidebdiyar n Tejmaɛt…

Ah ! C’est  toi encore ? Pas tant de façons, va ! Tu ne me déranges pas … rentre chez toi en vitesse. C’est au bout, là-bas, le quartier des Aït-Flane, la ruelle la plus longue, la plus étroite, celle où les maisons ressemblent à des cages aux barreaux de bois parce que  chacun a tenu à s’isoler derrière une cloison de piquets. Je sais que tu n’es pas fier. Tu peux lorgner mon « agoudou » et constater qu’il a raisonnablement grossi. Tu verras aussi la murette qui protégeait la maison de votre vieille voisine : elle s’est effondrée l’hiver dernier, mais on l’a rafistolée à l’aide de roseaux… Ne t’inquiète pas, il y a encore assez de boue dans les rues pour maculer tes chaussures cirées et même le bas de ton pantalon. Pas seulement de la boue, d’ailleurs. Quand tu viendras t’asseoir sur les dalles de la Djemaa…..

– Teskeɛrireḍ, a yemma tamɣart ! Rriɣ-d s lexber : ttnulfunt-d deg-m kra n tɣawsiwin. Abrid-a, yewweḍ-d armi d timeqbert. Rnu hatan ṣeggmen-t, d aṭas ; ssaherwen-t, rnu ssan-as aẓrar. Tcerheḍ cwiṭ, neɣ ala ? Ini-d kan ! Hatan yella yiwen n ugaraj (3) i aseggas-a, ilindi ulac-it. Zdat-s tella tsirt n uzemmur akk d tin n yiẓid s zzhir n umutur (4).

Mmeslayen-iyi-id daɣ ɣef yiwet n lkuca tɛerrek s tmacinin ; tbeddleḍ tazzla tura, kecmen-kem-id imuturen (imsedda). Neɣ d iḍuman i kem-iceɣben ? Iḍuman, anda teddiḍ llan. Deg temdinin, ugaren.

Dacu kan, dinna ɣebbun-ten. Tettfuḥ ddunit, ɣas akken ur d-yettban wayra. Tettfuḥ, s tidet. Serked iman-im ihi, a yemma tamɣart ! Ayen nebɣu neg-it, akken nebɣu nexdem, ur nessaweḍ ara ad am-nbeddel udem, d aswiɣi kan ara kem-neswiɣ, ma yella wi nɛuned neɣ neɛreḍ ad am-neg kra. Tiɣmi-inem d tin n wakal, kemm tekkiḍ-d seg wakal. Akal yeṣfa, yerẓen, zeddig am tfellaḥt-nni yemmuɣebnen, tili d yelli-s n laṣel. Akken ad nessiweḍ ad am-nefk udem-nniḍen, ilaq ad kem-id-neqleɛ seg yiẓuran, ad kem-nessenger, ad nessiweḍ iɣiɣdan-im anda-nniḍen, taggara ad neɛreḍ ad am-nsers lsisan fell-asen.

Ass-nni, kemm ad temmteḍ, ma d nekni ulanta ara niri. Ihi acuɣer tettečḥeḍ fell-aneɣ ? Ayɣer i aɣ-tettqabaḥeḍ s yir imi ? Yella ttbut n zeddi n yidammen yifen tuɣalin-nneɣ, yal aseggas ? Neɣ tcukkeḍ ur kem-neḥmil ara ? Ihi akken wa ur inekker wa, err iman-im tettcedhiḍ-aɣ nezzeh, am wakken i kem-nettcedhi daɣ nekni.

Il me murmure ces petites méchancetés d’un ton si amical qu’il réussit chaque fois à me troubler. Alors, il se tait sur un bout de phrase et me laisse tranquille. Mais mon trouble, je le lui cache et je lui dis avec malice :

Tu radotes, vieux père ! J’ai bien remarqué que tu te modernises. Cette route arrive au cimetière, on l’a retouchée aussi. Ce n’est pas mal. Elle est de bonne largeur et caillassée. Tu en es un peu fier, avoue-le. Voilà un garage qui n’existait pas l’an dernier. Et à côté, il y a un pressoir à huile, ainsi qu’un moulin à grain avec son bruit de motocyclette. On m’a parlé encore d’une boulangerie ayant pétrin mécanique. Tu te motorises à présent, tu prends de l’allure ! Ce sont les ordures qui te tracassent ? Au fond, il y en a partout, des ordures. En ville plus qu’ici. Là-bas, c’est caché. On ne voit rien, mais cela empeste davantage. L’air y est malsain, c’est la vérité. Console-toi vieux père !

Nos efforts ne pourront jamais changer tout à fait ton visage. Nous l’enlaidissons, peut-être, par nos tentatives et nos imitations. Tu as la couleur de la terre, tu es fait de terre. La terre est saine, modeste et pure comme une paysanne pauvre, mais de bonne naissance. Pour te donner un autre visage, il faudrait te raser, te supprimer, transporter tes cendres ailleurs et essayer de rebâtir sur ces cendres. En fait, tu cesserais d’exister et nous de t’aimer.

Alors pourquoi te fâcher et nous mal accueillir ? Y a-t-il meilleure preuve d’attachement filial que nos retours entêtés ? Tu doutes que nous tenions à toi ? Mettons que nous sommes liés à toi et toi à nous, solidement, et que nous ne pouvons nous renier.

Wid i kem-itettun – tettsedḥiḍ s wannect-a, ẓriɣ – ur uksanen ara : tqubel-iten-id ddunit s wussan imellalen, tiyita ur telli seg-sen. Ssawaḍen alamma ttcukkun deg-m telliḍ, rnu deg ccekk-nni ay ttafen iman-nsen. Ahh ! Lemmer ad teẓreḍ liser ideg llan agemmaḍ akkin, ad nesren yiceṭṭiḍen ɣef yiri-inem ! Ma teldi-d lqaɛa imi-s, ad deg-s tkecmeḍ ! Mačči d Taqbaylit i am-d-ǧǧan !

Asmi ara d-awḍen yir ussan : areṭṭal, aṭṭan, lḥif, tewser – acku ddunit tettneqlab – imir-nni ad as-inin yergazen-nni n lɛali : « Ahh ! tura amer d tuɣalin ! » Ass-nni, ad d-mmektin kra yellan, d kra i ten-iḥuzan. Ad d-tiḥnin tasa ɣef tin i t-id-yurwen !

Segmi i kem-uḥwajen dayen, ad uɣalen ad kem-ttirin. Dɣa, yiwen n yiḍ kan akka, ad d-ggaǧǧen iwakken ad aɣen amḍiq-nni i asen-tḥerzeḍ akken i nutni ; amḍiq-a, mačči d amxalef : d axemmuj yuɣen talɣa n tmellalt i d-yezgan dihin, ɣer taggara n usikel, ɣer wanda yessawaḍ akken webrid n ṭumubil, anda ara naweḍ merra nekni, yiwen n wass deg wussan. Amḍiq-a, d aẓekka ara icabin akk wiyaḍ, acku yiwen ur yettaru isem-ines fell-as; d aẓekka ɣef ara d-mɣint temẓin tileqqaqin akk d yiǧeǧǧigen icebḥanen, mi ara tɛeddi fell-as tefsut tamezwarut.

Ceux qui t’oublient -tu ne l’ignores pas – ne peuvent faire autrement que de t’oublier ; ils sont dans leurs meilleurs jours, c’est pardonnable après tout. Ils en arrivent à douter de ton existence et ce doute leur fait du bien. Si tu voyais leur aisance en pleine civilisation, tu t’effacerais timidement, tu voudrais te cacher sous terre. Ils te font honneur !

Viennent les moments difficiles : les dettes, la maladie, la misère, la vieillesse – on ne peut tout prévoir – et ils se disent, ces braves gens, que l’heure du retour a peut-être sonné. Ils se retrouvent une mémoire excellente pour tout ce qui te touche. Leur cœur s’attendrit. Et, du moment qu’ils ont besoin de toi, ils se remettent à t’aimer. Puis un beau soir, ils débarquent pour reprendre la place que tu leur as fidèlement réservée. Souvent, d’ailleurs, cette place n’est qu’un trou oblong, là-bas, au terme du voyage ; là où aboutit la route carrossable et où nous finirons tous un jour. Une petite tombe qui se confondra avec toutes les autres parce qu’elle ne portera aucune inscription et que, dès le premier printemps, elle se couvrira aussi de graminées toutes frêles et de pâquerettes toutes blanches.

Amawal – Vocabulaire

2 Asebbaḍ : ameddas ( neqqar: afus yeččur ameqyas, aḍar yeččur ameddas).
3 Agaraj neɣ aseddari.
4 Amutur neɣ amseddu.

« agoudou » : dépotoir / décharge d’ordure /tas de fumier

« djemaa » : assemblée d’hommes où se prennent les décisions du village.

Share with: