La bise et le soleil : fable d’Esope* en kabyle

Aḍu d yiṭij : tamacahutt n Izup s teqbaylit

La bise et le soleil se disputaient, chacun assurant qu’il était le plus fort.

Abeḥri d yiṭij temqelaεen, yal yiwen la yeqar d nekk ig ǧehden.

Quand ils ont vu un voyageur qui s’avançait, enveloppé dans son manteau,

Melmi wallan amsebrid i d-iţţedun deg bernus,

ils sont tombés d’accord que celui qui arriverait le premier à le lui faire ôter

serait reconnu comme le plus fort.

msefhamen, win i s t-iseɣlin d amenzu yerbeḥ wayeḍ.

 

 

 

La bise et le soleil se disputaient, chacun assurant qu’il était le plus fort.

Abeḥri d yiṭij  temqelaεen, yal yiwen la yeqar d nekk ig iǧehden.

Quand ils ont vu un voyageur qui s’avançait, enveloppé dans son manteau,

Melmi wallan amsebrid i d-iţţedun deg bernus,

ils sont tombés d’accord que celui qui arriverait le premier à le lui faire ôter

serait reconnu comme le plus fort.

msefhamen, win i s t-iseɣlin d amenzu yerbeḥ wayeḍ.

Alors, la bise s’est mise à souffler de toutes ses forces mais plus elle soufflait,

Ihi abeḥri isuḍ s ufud yesɛa (mebla ceha) , maca

plus le voyageur serrait son manteau autour de lui.

Amsebrid-nni imttuttel deg ubernus-is.

Finalement, elle renonça à le lui faire ôter.

Dɣa abeḥri yeḥbes asuḍu.

Alors, le soleil commença à briller et au bout d’un

Ihi iṭij yebda afeǧeǧ

moment le voyageur, réchauffé, ôta son manteau.

alamma iseḥma amsebrid-nni, yekkes abernus-is.

Ainsi, la bise dut reconnaître que le soleil était le plus fort.

Akka i yesṭeɛref ubehri, d iṭij ig ǧehden fell-as.

  • Ésope (en grec ancien Αἴσωπος / Aísôpos, VII – VI siècle av. J.-C. ) est un écrivain grec.
  • Izup ( s tgrigit taqdimt Αἴσωπος / Aísôpos, VII – VI awines uqbel. Sidna.Ɛisa) d amyaru agrigi.