Aɣyul n baba Lewnis

Voici un texte d’Ameziane Kezzar. Il s’agit d’une adaptation au contexte kabyle du poème de Paul Fort « le petit cheval blanc« .

Georges Brassens l’a mis en musique.

Atan yiwen weḍris sɣur Ameẓyan Kezzar. Yerra ar umnaḍ aqbayli asefru  » ayyis (aɛudiw) awezzlan amellal » n umedyaz Paul Fort. Isudes-as aẓawan u icenna-t Georges Brassens.

Ecouter, voir le texte et sa traduction (attention il s’agit de la traduction du kabyle vers le français de l’adaptation d’Ameziane Kezzar, et non du texte original d’inspiration du poète français Paul Fort).

Sel, ẓer aḍris d tsuqqelt-is si weḍris s teqbaylit ar tefransist


Une perle berbère tirée de l’ouvrage d’Ameziane Kezzar « Brassens : Tuɣac d isefra » . Editions / Tiẓrigin Achab 2015.

 

Aɣyul n baba Lewnis                      L’âne de papa Lounis

Ur yessin tafsut                                       Ne connaît pas le printemps.

Ḥaca ccetwa mm wegris,                       Il n’y a que le gel de l’hiver

I t-yeṭṭfen di tmurt.                                 Qui le retient au pays.

Aɣyul n baba Lewnis                      L’âne de papa Lounis

Yezga di lexla.                                          Vit à la campagne (à l’extérieur)

Akkenni i d-yusa wass,                          Dès que le jour se lève

A t-yeks umeksa !                                   Le berger le fait paître !

Aɣyul n baba Lewnis                     L’âne de papa Lounis

Yezga d aqlaqal.                                     Va en claudiquant

Ulac ɣer wac’ara iḥir,                            Il n’y a rien pourquoi se presser

Yegwra neɣ yezwar.                              Qu’il suive ou qu’il précède.

Aɣyul n baba Lewnis                     L’âne de papa Lounis

Yezga yettaḍsa.                                      Est toujours satisfait

Ɣas tabarda af weɛrur-is,                    Même avec un harnais de plomb sur son dos

Tiɣrit, rrekba…                                     Les coups, les voyages…

Aɣyul n baba Lewnis                  L’âne de papa Lounis

Ssnen-t akw medden.                        Tout le monde le connaît

Di taddart m’a d-iɛeddi,                    Quand il traverse le village

Arrac akw feṛḥen.                               Tous les enfants se réjouissent.

Aɣyul n baba Lewnis                 L’âne de papa Lounis

Yemmut deg uḥeggan.                      Est mort par mauvais temps

Yemmut ur yeẓri tafsut,                   Il est mort sans voir le printemps

Arrac akw cfan.                                  Tous les enfants s’en souviennent.

Vocabulaire / Amawal :

Aqlaqal : qui claudique, n’est pas d’aplomb

iḥir : se presser

tabarda : harnais (de plomb)

tiɣrit : les coups

rrekba : voyages

aḥeggan (u) / iḥegannen (calendrier agraire) : période de mauvais temps de l’année agricole d’une quinzaine de jour qui s’étend de fin février à début mars ; habituellement période de froid et de vent.

 

Share with: